Socialize

Robert Ménard sans Interdit : « Une Assemblée trop blanche ? »

« Vous ne pouvez pas me dire « les races, ça n’existe pas » et en même temps tout ce que vous me dites, c’est le contraire de cette affirmation. » – Robert Ménard

« Je crois que le quota de « Ménards » est déjà dépassé. » – Louis-George Tin

 

 

  • La diversité progresse dans l’Hémicycle

Essentiellement « blanche » jusqu’à présent, l’Assemblée nationale va refléter un peu plus les couleurs de la France après les élections législatives de dimanche 17 juin. Huit députés d’origine africaine, maghrébine, asiatique ou brésilienne vont rejoindre les élus d’outre-mer ou originaires de ces départements sur les bancs du Palais-Bourbon. Tous ces nouveaux élus sont issus des rangs du Parti socialiste.

Cinq nouveaux députés sont originaires du Maghreb : Kader Arif (Haute-Garonne), Malek Boutih (Essonne), Kheira Bouziane (Côte-d’Or), Chaynesse Khirouni (Meurthe-et-Moselle) et Razzy Hammadi (Seine-Saint-Denis) ; une du Tchad, Seybah Dagoma (Paris) un de l’Iran, Pouria Amirshahi (Français de l’étranger), et un du Brésil Eduardo Rihan Cypel (Seine-et-Marne). Deux autres, Hélène Geoffroy, élue dans le Rhône, et Corinne Narassiguin (Français de l’étranger) viennent de départements d’outre-mer. Une autre députée ultra-marine, la ministre George Pau-Langevin, seule Noire élue en 2007 en métropole, a conservé son mandat à Paris.

(…)Ce que commissaire à la diversité, Yazid Sabeg, nommé par Nicolas Sarkozy, a célébré comme une « très bonne nouvelle » n’en cache pas moins un « communautarisme blanc », selon le Conseil représentatif des associations noires de France (CRAN). Cette organisation estime que « les personnes issues de la diversité sont six ou sept fois moins représentées que les autres », et réclame une loi sur la représentation de la diversité en politique.

Le CRAN observe par ailleurs qu’ »il n’y a aucune personne issue de la diversité parmi les députés de la droite », ces nouvelles figures ayant toutes été élues sur les listes du Parti socialiste.

« Il ne faut pas faire une lecture maligne » de ce résultat, qui « démontre la capacité de la gauche à anticiper les mouvements de la société », tempère M. Sabeg, marqué à droite.

« C’est plus long à droite mais ça va venir », a-t-il ajouté.

Le Monde

Share Button

Vous devez être connecté pour poster un commentaire Connexion