Socialize

Pour Gérard Leclerc, il s’agit en fait de  » donner sa place à l’Islam en France « 

 

 

L’Association nationale des Directeurs des Ressources Humaines va proposer au ministre de Travail de supprimer trois jours fériés chrétiens, à remplacer par trois jours à poser librement. Pour Gérard Leclerc, philosophe, journaliste et essayiste catholique, il s’agit en fait de «donner sa place à l’Islam en France, .

 » On peut envisager d’aller jusqu’à toucher à ces grandes fêtes [Noël et Pâques], comme en Angleterre, où il a été question desupprimer les symboles de Noël – même le sapin ! alors que ce n’est pas un symbole chrétien en lui-même.

Aujourd’hui, les jours fériés nationaux ne relèvent-ils pas de l’histoire nationale, sans distinction de religion ?

En effet, ces jours fériés font partie intégrante de l’histoire nationale. Avant l’instauration du 14 juillet, le 15 août était par exemple la fête nationale française. Dans l’ «ancienne France», le temps était structuré par ces fêtes chrétiennes, qui étaient au nombre d’une cinquantaine. Certes, on n’en est plus là, mais les grandes fêtes chrétiennes subsistent.

Cette remise en question des jours fériés pose un problème d’identification. Ce sont des repères culturels, dont la modification implique une substitution de culture, voire de civilisation. Supprimer des fêtes qui sont si ancrées dans la tradition nationale, c’est changer la nature du pays.

Personnellement, je suis favorable à l’accueil de l’Islam, avec des lieux de prière dignes de ce nom, par exemple. Cela dit, cette ouverture doit-elle se faire au prix d’une remise en cause de l’identité française ? La question se pose. […]

Respecter la diversité religieuse, n’est-ce pas une évolution souhaitable ?

C’est une autre civilisation. Effectivement, on peut plaider pour cette civilisation-là, mais il y a un prix à payer. En Suisse, l’électorat s’est insurgé contre les minarets parce qu’ils ont eu l’impression qu’une révolution symbolique était en marche – le minaret symbolisant la conquête des cieux. De manière générale, la population semble très attentive à ces sujets-là. Et je ne parle pas seulement de l’électorat du Front national, mais aussi de la droite et même d’une certaine partie de la gauche. Il faut mesurer l’importance de l’enjeu : on change de repère culturel – et ça, ce n’est pas gratuit. Une tradition nationale qui disparaît, que ce soit en bien ou en mal, peut provoquer des révoltes, des récriminations. […]

Atlantico

Vous devez être connecté pour poster un commentaire Connexion