Socialize

Nathalie Kesler : Une adoptée socialiste curieuse de l’Islam

 » Bonsoir,

Je suis avec attention les articles de votre site (www.uam93.com), et j’essaie de comprendre la culture musulmane via mes amis étudiants et syriens. Après avoir étudié le bouddhisme, le christianisme, le moment est venu pour moi d’étudier l’Islam.

Mon courrier aujourd’hui revêt une importance majeure, je souhaiterais que vous le communiquiez si possible à votre Grand Imam ou autres autorités religieuses afin de combattre le projet de loi sur le mariage et l’adoption des couples homosexuels.

Je commence à vraiment m’intéresser à l’islam parce que vous êtes les seuls à défendre la filiation naturelle, et dans mon cas, c’est extrêmement vital pour moi.

Aussi, je vous remercie de diffuser notre action de jeûne et de prières auprès de votre communauté afin que vous puissiez vous joindre à nous le 25 janvier.

Je vous envoie les modalités dans un courrier à part.

Merci de me tenir informée si possible de la suite donnée à mon message au secours;

En vous souhaitant mes vœux les meilleurs pour l’année 2013.

Bien à vous,
Nathalie Kesler « 


UNE ADOPTEE SOCIALISTE COREENNE PREND LA PAROLE

Lettre ouverte à Monsieur le Président de la République,
Monsieur François Hollande,
à la nouvelle Présidente de Corée Mrs Geun-Hye PARK,
A tous les Ministres, Députés, Sénateurs
Et aux Citoyens, aux jeunes générations, aux Camarades :

ATTENTION AVANT DE MODIFIER LA LOI SUR L’ ADOPTION ET LE MARIAGE

Mesdames, Messieurs,
Après les élections de 2002 et le succès du Front National au second tour, quelle panique de voir évincé Monsieur Lionel Jospin ! J’ai donc décidé de m’engager fermement au Parti Socialiste. Comme beaucoup d ‘autres, j’ai ainsi milité jour et nuit en prenant fort à coeur mon poste de Secrétaire de Section en Côtes d’Armor. Grâce à cet engagement, j’ai pu rencontrer de nombreux élus dont l’ancien sénateur-maire Claude Saunier qui m’a aidée à prendre contact avec l’association d’Amitié Franco-Coréenne où j’ai réalisé que je faisais aussi partie des réfugiées politiques en quelque sorte.

En vérité il est important que les souffrances de tant d’autres adoptés et exilés, servent la diplomatie internationale. Je souhaiterais en tout cas lever le voile sur ces réalités grâce à ce témoignage : j’ai retrouvé un équilibre certain entre un père et une mère, dans un modèle idéal de famille. J’ai même vécu une enfance céleste.

Mais c’est à l’âge de la puberté que mon existence a chaviré. Comme une majorité d’adoptés et d’enfants nés sous X, ou par insémination artificielle (d’ailleurs il faut exiger une réforme rapide de la loi sur l’anonymat des dons car les dossiers sont détruits lorsque les enfants atteignent un certain âge), j’ai violemment ressenti le profond besoin de connaître mes racines. Et là, même si évidemment on ne m’avait jamais caché le fait que j’eusse été adoptée (c’eût été difficile !), les regards et réflexions de mes camarades me renvoyaient systématiquement à une altérité que je méconnaissais, d’où le mensonge. A cette époque, on préconisait l’amnésie sur le passé.

Dès lors je devins dépressive et fus suicidaire durant des années car j’étais confrontée à des murs insurmontables, je n’osais guère parler de mes angoisses identitaires à mes parents, de peur de les blesser, et surtout, légalement, je n’avais aucun droit pour prétendre renouer contact avec ma famille biologique puisque cela était scellé par le contrat d ‘adoption. J’ai donc passé des années entières à légitimer le fait que je puisse avoir le droit de retrouver mes origines, pendant que mes camarades d’école se projetaient dans leur avenir professionnel, je ne pouvais grandir car je me demandais tous les jours obsessivement qui j’étais réellement.

J’ai donc fait semblant de vivre ou survivre et j’ai enfin rencontré l’association « Racines Coréennes » qui m’a aidée à retrouver ma famille en me mettant en contact avec la virtuose violoniste Sang Hee Lee dont le père a fait une annonce de recherche dans le Dong-Il-Bo (équivalent du Monde en France). Deux jours après, ma famille côté paternel contactait le journal : j’étais enfin parvenue au terme de quatorze années de recherche et de tortures intérieures.

J’avais franchi le mur du son : je sortais de la catégorie des enfants nés sous X. Depuis, j’ai enfin appris la vérité sur mon adoption réalisée au grand désarroi de mes parents français qui se sont sentis trahis : c’est effectivement le contexte de l’époque qui a permis une telle aberration : être adoptée sans être orpheline ni de père ni de mère, dont je fus arrachée à son insu.

Pardon à mes parents de France, qui n’ont jamais démérité et ont toujours cherché à me rendre heureuse, si je les blesse par ce témoignage qui me coûte mais l’heure semble venue de faire parler les principaux intéressés alors que vous allez légiférer et hypothéquer l’avenir de nombreux autres enfants dans le cadre de la réforme de la loi sur l’adoption et le mariage.

Actuellement, se développent beaucoup de mesures alternatives comme le parrainage, beaucoup d ‘initiatives citoyennes que les États entre eux pourraient encourager. A l’heure du développement durable, les citoyens peuvent encore attendre quelques longs mois plutôt que de vous voir voter une loi à la hâte. Pour la majorité des citoyens dans le monde, la crise a toujours existé, nous ne sommes donc pas à quelques mois près pour décider du sort de quelques malheureux que vous ne rendrez pas plus heureux à long terme en perpétuant un système involutif.

En revanche, en ouvrant des États-Généraux internationaux sur les questions de l’enfance maltraitée (pourquoi pas créer un type d’Erasmus mondial pour les enfants défavorisés en quête d ‘affection ?), vous rendrez des milliers voire des millions de gens moins malheureux et cela sur plusieurs générations, et traiterez l’urgence sur des bases enfin solides.

Merci de prendre le temps d’aller écouter d’autres témoins.

En union avec tous ceux qui souffrent et se taisent.
Nathalie Kesler.
(vos réactions et témoignages : nathaliekesler@gmail.com )

 

 

 

 

 

 

Vous devez être connecté pour poster un commentaire Connexion