Socialize

La décision de prévoir à l’avance la date du Ramadan est bien accueillie par les entreprises, qui se félicitent de pouvoir anticiper les absences

Une décision bien accueillie par les entreprises, moins par les salariés. Le conseil français du culte musulman (CFCM) a annoncé jeudi qu’il fixerait désormais les dates du Ramadan à l’avance, en se fondant sur un calendrier astronomique, et non plus sur l’observation de la lune à l’œil nu. Cette année, les musulmans de France sont donc prévenus: la période de jeûne se déroulera du 9 juillet au 8 août, quand ils n’étaient informés de son commencement, les années précédentes, que la veille au soir, à l’apparition de la lune nouvelle. Pour le président du CFCM, Mohammed Moussaoui, cette «révolution» permettra aux abattoirs de mieux s’organiser, aux établissements scolaires de prendre en compte cette période pour fixer les dates d’examens, et aux salariés de poser à l’avance leurs dates de congés.
C’est pour cette dernière raison que les entreprises voient aussi d’un bon œil cette modification calendaire. «Nous accueillons positivement tout ce qui nous permet d’anticiper les absences, explique Pascal Bernard, vice-président de l’association nationale des directeurs de ressources humaines (ANDRH). À partir du moment où ce calendrier est accepté par les salariés musulmans, c’est pour nous une bonne nouvelle». Avec 71% des musulmans respectant le Ramadan en France en 2011, selon un sondage Ifop, c’est un sujet d’importance pour les entreprises.

 
Reste une inconnue: les salariés concernés tiendront-ils compte du calendrier fixé par le CFCM? Si la Turquie et le Liban ont adopté la même méthode pour fixer le début du Ramadan, les musulmans de France restent attachés à l’observation de la lune à l’œil nu et à la tradition de «la nuit du doute». Certains pratiquants, le plus souvent âgés, continuront aussi à se référer au calendrier de leur pays d’origine. Plusieurs associations se sont d’ailleurs élevées contre la décision du CFCM, souvent accusé de faire le jeu du gouvernement. Ainsi de l’Union des associations musulmanes de Seine-Saint-Denis, citée par l’AFP, qui considère que «cette réforme n’est pas une demande des musulmans mais de l’administration», et qu’elle devrait donc être «très mal perçue».

 

 

 

 

 

 

 

 

 
hot grill campanille halal avs
Share Button

Vous devez être connecté pour poster un commentaire Connexion