Socialize

Des dirhams anciens retrouvés en Sibérie occidentale

Quatre petites pièces d’argent qui ont noirci avec le temps, ont été retrouvées en Sibérie Occidentale. Cette trouvaille va changer la vision des historiens par rapport à cette région de Russie.

La ville de Tioumen est surnommée « capitale gazière et pétrolière de Russie ». Il y a en tout plus de 600 gisements d’hydrocarbures dans la région de Tioumen. Mais cette région possède d’autres mystères : des mystères historiques. Les résultats des fouilles qui y étaient menées par les archéologues ont une signification particulière. La Sibérie n’a jamais été une région densément peuplée. Les grandes villes y étaient fondées à partir du 17e siècle. C’est pourquoi des découvertes archéologiques dans cette grande région sont assez rares. La découverte réalisée par l’équipe d’archéologues dirigée par Alexeï Gordienko n’a pas d’égale dans l’histoire de la Sibérie.

C’est une première non seulement pour la région de Tioumen, mais aussi pour toute la Sibérie Occidentale : des pièces avec des inscriptions arabes datant des 10-11 siècles ont été retrouvées ici. Les historiens ignoraient que les Sibériens entretenaient des relations avec les pays du Moyen-Orient il y a 1000 ans.

« Nous effectuions les recherches sur un gourbi, un fossé et un rempart que nous avons découverts », explique Alexeï Gordienko à La Voix de la Russie. « Et au fond du gourbi un trésor a été découvert. Il se trouvait enfoui à 50 cm dans le sol. C’était un chaudron en cuivre, fabriqué dans la région de Volga, ou sur le territoire de la Russie ancienne. Son diamètre fait 30 cm, et le poids atteignait 2 kg. Cette chaudière contenait des bijoux en argent. 4 décorations pour le cou et la poitrine, 3 pendentifs, mais aussi des colliers et des ceintures. Il s’agit des bijoux traditionnels pour les peuples de l’Europe de l’Est, des objets d’importation pour la Sibérie. Et le plus intéressant : nous avons trouvé au fond de ce chaudron se trouvaient des fragments de 4 dirhams anciens. On s’en servait pour rendre la monnaie lors des achats. Ils ont été utilisés comme spécimen. Je ne peux pas dire où exactement nous avons trouvé les pièces, mais on peut les dater au préalable de 10e -11e siècles ».

Dirham (vient du mot grec drachme) – c’est une pièce d’argent mince de 2 à 2,5 cm de diamètre, qui était en circulation dans plusieurs régions du Moyen-Orient. Les pièces étaient recouvertes d’inscriptions en arabe, avec le nom du gouverneur, l’année et le lieu de monnayage selon le calendrier musulman.

Des pièces de différentes dynasties de califes sont retrouvées régulièrement sur la partie européenne de la Russie. Ainsi, 15 cachettes avec des dirhams ont été retrouvées à des époques différentes dans la région de Moscou sur le fleuve Oka.

Mais les pièces retrouvées en Sibérie, à plus de 2.000 km de Moscou, ont une valeur particulière.

« Jusqu’à présent, les pièces anciennes qui étaient retrouvées en Sibérie Occidentale, dataient du 14e -16e siècles », explique Alexeï Gordienko. « Je pense que les dirhams que nous avons trouvés appartiennent à une tribu locale. Les membres de cette tribu ont décidé de les cacher lors d’une possible attaque d’ennemis ».

Les fouilles dans la zone où le trésor a été découvert, sont menées depuis le 19e siècle. Les archéologues ont déjà trouvé sur ce site de nombreuses armes, bijoux, et l’argenterie de culte qui arrivaient dans cette région par le biais du troc qui était mené par les tribus locales avec les peuples de l’Asie Centrale. Ces tribus vendaient principalement des fourrures.

Alexeï Gordienko est un archéologue qui effectue des fouilles depuis 13 ans. Mais cette trouvaille l’a beaucoup surpris. Ce genre de découvertes, on les fait une fois dans sa vie, dit-il.

« Après une expertise scientifique, ces découvertes seront transmises au musée d’Etat. Et un article consacré à ces pièces arabes va paraître dans le magazine Archéologia i antropologia Evrazii (Archéologie et antropologie de l’Eurasie) », conclut le chercheur.

Les terres de la Sibérie renferment beaucoup de mystères. Et les archéologues espèrent bien les découvrir tous. Après une courte pause, liée à la découverte des pièces et leur envoi dans le laboratoire de recherche, l’équipe d’Alexeï Gordienko va continuer les fouilles.

 

WFP_ramadan_bannerbank250x2
Share Button

Vous devez être connecté pour poster un commentaire Connexion