Socialize

Jean-Loup Salzmann, président de la conférence des présidents d’université, dénonce un rapport déconnecté des réalités, et teinté d’islamophobie

Jean-Loup Salzmann, président de la conférence des présidents d’université (CPU) et de l’université Paris 13, s’étonne de l’avis du Haut Conseil à l’intégration, dévoilé lundi par Le Monde, qui recommande d’interdire le port du voile à l’université. Une mauvaise idée estime-t-il, et un avis « déconnecté des réalités ».

Faut-il interdire le voile à l’université?

Jean-Loup Salzmann: « C’est une mauvaise idée sur la forme, et sur le fond. Sur la forme, on ne traite pas un non-problème par une loi. Sur le fond, l’université, ce n’est pas l’école. Les étudiants sont majeurs, ce sont des adultes et on ne peut limiter leurs libertés individuelles. Nous pensons que c’est un sujet qui nécessite de l’apaisement, de la discussion, et certainement pas une approche teintée d’islamophobie, comme celle du HCI. »

Les débats qui ont précédé la loi de 2004 encadrant le port de signes religieux ostensibles dans le secondaire abordaient-ils le champ de l’université?

« Non, le sujet n’avait pas fait débat à l’époque. Il n’a d’ailleurs jamais été question de transposer cette loi à l’université. En revanche, pour répondre aux questions des étudiants, nous avons édité, en 2004,un guide, sorte de charte de bonnes pratiques à observer à l’université en matière de laïcité: ce qui est interdit, ce qui est autorisé. »

Qu’est-ce qui est interdit à l’université?

« Il est interdit par exemple de faire du prosélytisme, de faire des prières dans les locaux, et de transformer les universités en lieux de culte. En l’état actuel des choses, les universités pourraient interdire le voile… (ndlr: les universités sont autonomes: elles peuvent bannir, dans leur règlement intérieur, le port de signes religieux).

Il est interdit dans certaines situations: sur les photos des étudiants, pour les travaux pratiques et dans certains cas pour les examens. Cela dépend des universités et se règle au cas par cas. »

Le gouvernement peut-il suivre l’avis du Haut conseil et décider d’une loi interdisant le voile à l’université?

« Certainement pas! Cet avis est déconnecté des réalités. C’est un coup de communication, au milieu de l’été, au moment où les journaux ont peu de choses à se mettre sous la dent. Il y a peu de chances que le gouvernement suive les recommandations du HCI. Jean-Louis Bianco, le président de l’Observatoire, est sur une ligne de laïcité ouverte, très loin de toute forme d’islamophobie. »

 

 

 

WFP_ramadan_bannerbank250x2
Share Button

Vous devez être connecté pour poster un commentaire Connexion