Socialize

Circoncision : « il n’est pas question de remettre en cause un geste symbolique du judaïsme – comme d’autres religions ».

François Hollande, interrogé par le Consistoire central de France sur la résolution du Conseil de l’Europe qualifiant la circoncision de « violation de l’intégrité physique des enfants », affirme qu’« il n’est pas question de remettre en cause un geste symbolique du judaïsme – comme d’autres religions ».

« Il n’est donc pas question de remettre en cause un geste symbolique du judaïsme – comme d’autres religions – dès lors que la circoncision est pratiquée dans le respect du cadre légal déjà existant en France, concernant notamment le consentement des deux parents et – le cas échéant – de l’enfant, leur responsabilité et celle du praticien », écrit François Hollande.

Le président tient également « à réaffirmer que la France récuse absolument l’assimilation faite entre l’excision de jeunes filles et la circoncision rituelle des garçons ». « Une mutilation inacceptable, souligne-t-il, lourde de conséquences physiques et psychiques pour les femmes qui en ont été victimes, ne saurait être comparée avec une pratique rituelle, répandue à travers le monde et parfois encouragée par le corps médical ».

Joël Mergui avait écrit le 22 octobre au président de la République au sujet d’une résolution du Conseil de l’Europe qualifiant la circoncision rituelle de « violation de l’intégrité physique des enfants ».

La croix

 

 

 

 

appli CCIF contre l'islamophobie

Share Button

Vous devez être connecté pour poster un commentaire Connexion