Socialize

Pour la romancière iranienne Chahdortt Djavann : « Les islamistes ont piégé les débats »

Romancière et essayiste, Chahdortt Djavann a quitté l’Iran pour la France en 1993. Cette pourfendeuse du voile publie aujourd’hui Comment lutter efficacement contre l’idéologie islamique* (Grasset), un livre qui entend démontrer comment, sur les questions du voile, de « l’islamophobie » ou du terrorisme, des « idéologues de l’islam ont piégé tout débat et tout discours intellectuel et politique« .

Chahdortt Djavann : « Olivier Roy se trompe lourdement depuis des années. Si ces jeunes sont nihilistes, pourquoi crient-il « Allah Akbar » ? Ce à quoi nous assistons aujourd’hui est le résultat de près de vingt-cinq ans de travail souterrain d’islamisation de certains quartiers, cités et banlieues. Le préalable à la radicalisation d’un individu – pas forcément socialement défavorisé d’ailleurs – a été l’islamisation rampante de tout son environnement, la normalisation des dogmes islamiques, la banalisation du port du voile… La propagation de l’idéologie islamique était nécessaire pour créer un cadre dans lequel la radicalisation rapide d’une tout petite minorité devienne possible. (…)

Quand le sociologue iranien Fahrad Khosrokhavar, « spécialiste » de l’islamisme, de la Révolution iranienne, de la radicalisation en prison – et par ailleurs défenseur du nucléaire en Iran comme du voile en France -, explique que ces jeunes ne connaissent pas deux sourates du Coran, ce n’est pas un argument.

Vous non plus vous ne connaissez pas deux sourates du Coran, mais vous n’allez pas pour autant vous transformer en ceinture explosive ou égorger un prêtre. Une immense majorité des musulmans ne connaît pas deux sourates du Coran, soit parce qu’elle n’est pas arabophone, soit parce qu’elle est analphabète. Pour autant, ces femmes et ces hommes sont pacifiques et à mille lieux de commettre des attentats. En revanche, il y a des gens qui connaissent très bien le Coran et incitent à la guerre et à la haine, à l’image des guides suprêmes iraniens Khomeiny et Khamenei.

Des « idiots utiles » comme Michel Wieviorka ont repris en chœur cet argument de Khosrokhavar. (…) Le problème, c’est que les discours politique et intellectuel depuis des années ont accordé une plus-value morale aux pratiques et aux dogmes islamiques, qui envahissent la société. Ce qui a permis l’essor de l’islamisation. Ce que je veux démontrer et démonter dans ce livre, c’est la manière dont de grands manipulateurs sont parvenus à introduire le virus de l’idéologie islamique dans le corps même des sociétés européennes, avec l’aide de certains sociologues et universitaires européens. (…)

Le Point

Share Button

Vous devez être connecté pour poster un commentaire Connexion